A la uneRespublicaTech

Ces ministres «smart» du gouvernement Ilunkamba

Bienvenue en 2020, l’année du boom numérique en RDC et ce n’est pas une hyperbole. Depuis son arrivée au pouvoir en janvier 2019, Félix Tshisekedi a fait du numérique un pilier de sa politique. Logiquement, on assiste à un véritable envahissement des institutions de la République sur Internet, une présence numérique de plus en plus soutenue et justifiée par l’arrivée aux affaires des ministres et gouverneurs jeunes et/ou entourés d’équipes jeunes. Après un blackout, la RDC est donc entrain de conquérir la toile et la communication institutionnelle dans son aspect digital n’est plus un rêve, même s’il y a encore beaucoup à faire. Révolu est ce temps où seuls deux ou trois ministères disposés d’un compte Twitter officiel. Tour d’horizon sur les ministères et ministres présent sur Facebook et Twitter.

Premier à donner le ton, la Présidence. Aussitôt nommée, l’équipe de communication du Chef de l’Etat s’est employée à redynamiser le compte Twitter officiel de la première institution du pays (@Presidence_RDC), jusqu’à obtenir une certification, une grande victoire d’autant plus que ce badge est le premier pour une institution de la République. Mieux, la Présidence s’est investie sur Facebook. Toutefois, il reste encore du chemin à parcourir pour le site web avant de s’attaquer aux autres réseaux sociaux. Seulement, plusieurs twittos se plaignent de l’inactivité du compte du Président @fatshi13 dont le dernier tweet remonte au 28 décembre 2018 et qui compte plus de followers que le compte de la Présidence.

Suivant l’élan, le Chef du gouvernement a récemment comblé un vide en créant son compte Twitter (@IIlunkamba). Des mois durant, plusieurs usurpateurs se sont faits passer pour le PM Ilunga, heureusement que le problème est résolu bien qu’il se pose encore un souci d’implémentation. En plus de son compte personnel, le PM utilise le compte officiel de la Primature (@PrimatureRDC) pour communiquer mais également le site primature.cd.

De leur côté, les vice-premiers ministres sont plutôt absents. Sur les 4, seule une seule est active sur Twitter. Gilbert Kankonde est d’ailleurs victime d’une campagne d’usurpation d’identité sanglante depuis 2019 sans que sa com ne réagisse, de très mauvaise augure quand on a l’Intérieur et la Sécurité dans ses attributions. Cependant, un compte datant de 2016 (@MininterRdCongo) existe sur Twitter sans être alimenté.

Même situation à la vice-primature au Budget. Un compte twitter (@CongoMin) existe depuis septembre 2019 mais n’est pas alimenté. Toutefois, le vice-ministre du Budget, Félix Momat (@FelixMomat) est plutôt présent sur le réseau de l’oiseau.

La vice-primature du Plan est sur Twitter (@MinPlanRdc) depuis avril tout comme la titulaire de ce portefeuille (@ElyseeMunembweT). Mieux, le Plan dispose d’une page Facebook et d’un site web. Autre présence, celle des ITP (@MinITP_RDC) même s’il faut accroitre cette présence en dotant la vice-primature d’un site digne et d’une page Facebook.

Aux Affaires étrangères, la notion de continuité des affaires est loin d’être assimilée. Après un moment de tergiversations, l’équipe de Marie Ntumba Nzeza a finalement décidé de créer un nouveau compte (@RDC_Minaffet). L’ancien compte (@DiplomatieRdc) a été abandonné malgré ses 44.000 folowers. Aussi, le site www.diplomatie.gouv.cd a été fermé. Pire, il existe un 3ème compte twitter au nom du ministère (@MinaffetRdc).

Son collègue de la Coopération régionale est l’un des plus smart du gouvernement. Très actif sur son compte personnel (@GuillaumeManjo1), Pépin Guillaume Manjolo peut également se targuer de posséder un des comptes Twitter institutionnels (@CoopMinRdc) très garni avec plus de 9.000 followers, d’un compte Facebook de plus de 44.000 fans et d’un site web qui souffre cependant de manque de mise à jour. Pour sa part, le ministère dela Communication (@MinetatComRdc) semble avoir compris l’importance d’un présence numérique. Il en est de même du ministère des Ressources hydrauliques et électricité (@DesRessources), même si ce compte n’existe malheureusement que pour la garniture. C’est plutôt sur Facebook que ce ministère consacre son énergie malgré ses 226 fans.

Ministre de l’ETPS, Nene Ilunga (@NeneNkulu) comble le vide numérique de son institution en utilisant son compte personnel. Même cas de figure pour Pius Muabilu (@Muabilu_Pius) de l’Urbanisme et Béatrice Lomeya (@BLomeya) du Genre et famille. Cette dernière n’a pas continué avec le compte de ministère du Genre laissé par Chantal Safou (@MinGenreRdc).

Pionnier de la communication digitale institutionnelle en RDC, le ministère de l’EPST (@MinistereEPST) continue avec le même compte qui date de 2012, bel exemple de continuité. Le site web de l’EPST date lui de 2007.

José Sele (@SYalaghuli) est un inconditionnel de Twitter et il n’a pas changé depuis qu’il est au ministère des Finances. Son porteffeuille est certainement le plus suivi sur Twitter (@MinFin_rdc) avec plus 15.000 followers. Sa collège de l’Economie nationale préfère, elle, concentrer son énergie sur Facebook avec plus de 12.000 fans.

Prêchant par l’exemple, le ministère des PT-NTIC est à ce jour le seul ministère à avoir un compte certifié sur Facebook. Sur Twitter, il y a encore du chemin à parcourir. Les ministères du Commerce extérieur, de l’ESU, des Sports, des Affaires foncières, du Tourisme de l’Industrie de  la Jeunesse ainsi que celui de la Santé Publique sont également sur Twitter.

Cependant, toutes mes recherches pour retrouver les traces de la Fonction Publique, de l’Agriculture, de la Pêche, du Portefeuille, des Mines, des Droits humains, des Relations avec le Parlement, de l’Environnement, des Transports, du Développement rural, des Affaires sociales, des Actions humanitaires, de la Recherche scientifique, de l’Aménagement du territoire, de la Culture et Arts ainsi que de deux ministères rattachés au Président de la République et au Premier ministre se sont révélées infructueuses. Pas trop fan de la communication, Aimé Ngoy et son ministère (la Défense) sont logiquement absent de la toile. Son délégué chargé des Anciens combattants comble le vide avec son compte (@MutomboOfficiel) et celui de son portefeuille (@DelegueMinistre). Billy Kambale (@BillyKambale1) et Yves Bunkulu (@BunkuluYves) comptent également parmi les ministres actifs sur Twitter. Le sang juvénile est capable des miracles.

Enfin, dans ce lot d’espoir, l’incertitude intervient au niveau de l’identité et de la sécurité de certains sites web officiels des ministères. Le ministère des finances, par exemple, utilise l’extension .com pour son site officiel, chose invraisemblable pour un site gouvernemental. Je reviendrai plus tard sur le sujet.

Voila, d’une manière succincte la situation numérique du gouvernement de la RDC. Vous connaissez des comptes que j’ai omis? Dites-le en commentaire.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 × 5 =


Fermer
Fermer