A la uneSanté

Chers dirigeants, n’attendez pas le drame, fermons nos frontières

Chers dirigeants,

Le monde vit au rythme du Coronavirus, la RDC n’est pas épargnée. Pendant que je couche ces lignes, 4 cas sont déjà confirmés à Kinshasa et près d’un millier de contacts suspects sont suivis. Cependant, triste est de constater que malgré l’existence du Coronavirus dans la ville capitale, aucune mesure préventive n’est prise, ni par l’autorité urbaine, moins encore par le ministère de la Santé et je ne parle pas des sensibilisations.

Chères autorités,

Il est très important de sensibiliser les kinois quant aux mesures d’hygiène mais cela ne suffit pas, je m’explique. Quand on sait que le virus peut survivre 3 heures dans l’air et jusqu’à 4 jours en surface, se laver les mains est conseillé mais semble insuffisant car on peut facilement toucher une surface infectée et toucher son visage avant de se retrouver devant un robinet. Aussi, pour ceux qui préconisent les masques chirurgicaux, je voudrais rappeler que le visage dans son ensemble est une porte d’entrée du virus. Face à ces risques, je me demande s’il n’est pas temps de fermer nos frontières, principalement les aéroports mais également les frontières naturelles avec les pays touchés pour un début.

Chères autorités,

Sans vouloir vous rappeler que tous les 4 cas confirmés en RDC viennent de l’extérieur et sont arrivés par l’Aéroport de N’djili, j’estime que la fermeture de cette entrée pourrait permettre de contenir la propagation de virus en nous permettant de suivre efficacement et exclusivement les contacts suspects de 4 cas enregistrés. Un adage bien connu stipule qu’on ne suit pas deux lièvres à la fois, ce serait alors une décision honorable. La France, l’Italie et les Etats-Unis, de loin mieux équipés et avec un personnel plus qualifié que nous ont décidé de fermer leurs frontières pour mieux gérer la crise, pourquoi pas faire de même. Devrions-nous attendre que l’OMS nous place au stade 2 ou 3 de l’épidémie pour agir? J’imagine pas une seule seconde un confinement général à Kinshasa comme c’est le cas actuellement à Paris, ce serait un drame. A Kin, on vit déjà coincé dans nos églises, nos marchés, nos transports, nos stades et que sais-je.

Monsieur le Président,

Vous avez promis que 2020 sera l’année de l’action. Voila une occasion d’en mener une que j’espère dans vos cordes. Vous sauverez la vie de milliers, voire des millions de Congolais. Aujourd’hui on parle de 4 cas, qu’en est-il de ces malades non déclarés? Je ne voudrais pas être un prophète de malheur, Monsieur le Président, mais j’ai bien peur de ne pas me tromper. Il y a bien d’autres cas de Coronavirus à Kinshasa, des malades enfermés chez eux qui ont plus peur de la quarantaine que de la contamination de leur entourage, la faute à une très mauvaise communication sur le virus en amont.

Monsieur le Président,

Rappelez-vous lors des  obsèques de Lutumba Simaro, Fiston Saïsaï a, lors d’une scénette tournée devant vous, peint la nature du Congolais qui a tendance à tout mettre sur le dos du Chef de l’Etat. Si la situation tournée mal, c’est vous et votre présidence qui seraient mis en cause. Vous ne serez pas évincé, c’est sûr, mais votre bilan prendra inéluctablement un coup. Il vaut mieux prévenir que guérir.

Cher ministre de la Santé,

Vous avez été calamiteux lors de l’annonce du premier cas de Coronavirus en RDC. A cause de vous, les kinois doutent de l’existence du virus, à leurs risques et péril. Vous pouvez encore vous amendez et ce n’est pas en montrant l’image du malade à la télévision qu’on vous croira. Je vous suggère, monsieur le ministre, de mettre à contribution les différentes zones de santé afin de mener une sensibilisation à la base sur la véritable portée du virus. Tous n’ont pas internet et le temps de diffusion à la télé ou à la radio est très limité. Il en va de la santé de tout un peuple et elle n’a pas de prix.

Chers pasteurs, imams et prêtres,

De grâce, épargnez-nous en cette période les prédications du genre «le Corona ne t’atteindra pas parce que tu es protégé par Dieu». Personne n’est épargné et nous devons prier mais également observer toutes les mesures de prévention. Une tribu de notre pays résume bien cela à travers l’adage «Sala, Sambila» (pour dire la prière et l’action).

Chers Congolaises et Congolais,

Le coronavirus est bel et bien dans nos murs, rien ne sert de jouer à Saint Thomas, vous le payerez au prix fort. Observons tous toutes les mesures d’hygiène édictées pour ne pas attraper la maladie ou encore mettre en danger notre entourage. Je voudrai particulièrement interpeller les croyants, sachez que le coronavirus n’est pas pour les païens ou les non-convertis.

Que chacun tire sa part.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
13 × 19 =


Fermer
Fermer