A la une

Plus qu’une fin d’année

Dans quelques heures, la RDC, l’Afrique, l’Europe et plus tard l’Amérique, rejoindront l’Asie et l’Océanie en 2020. Voilà la magie du fuseau horaire, les prouesses qui témoignent l’existence d’un Créateur. A l’aube de la traversée trans-annuelle, que dis-je, trans-décennale car oui, ce n’est pas seulement 2019 qui s’en va mais bien les années 2010s, je voudrai écrire ces lignes pour vous remercier vous, qui avez concouru à la mise en place de mon blog, d’une manière ou d’une autre, et m’avez encouragé à continuer ce rêve fou, celui d’ôter les maux en usant des mots. A tous, je dédie ce billet retro d’une décennie riche en émotions.

La décennie qui s’achève maintenant a été celle de ma maturité. Dès les premières heures, j’ai décroché mon diplôme d’Etat (bac) avec brio, m’ouvrant ainsi la porte de l’Université. Dans ce nouveau monde, tout n’a pas été rose mais avec abnégation, j’ai consommé ma dose. Les années 2010s, des années inédites pour ce garçon que je fus autrefois. J’y suis entré gamin, me voila ressortir plus mature que jamais.

Les années 2010s, c’est aussi les années Cristiano-Messi. Qu’on aime l’un ou l’autre, personne ne peut nier l’influence de deux monstres.  A eux deux, ils ont remporté 9 des 10 ballons d’or, et autant de moments forts. En tant que féru du ballon rond, je dirai fièrement à mes rejetons que j’ai vu jouer les «deux plus grands joueurs de tous les temps». Pendant ce temps au pays, le foot a été marqué par un homme, Florent Ibenge. J’avoue qu’il ne m’a jamais convaincu mais c’est quand même un titre et une demi-finale avec les Léopards et deux finales africaines perdues avec V. Club, sans nul doute l’homme de la décennie. Ceux-là  qui apprendront à aimer le foot à partir de demain et dans la suite ne croiront peut être jamais aux heures glorieuses de Ya Flo, dommage les histoires sonnent souvent faux!

Au-delà d’une fin d’année, c’est un bouleversement qui se produira dès demain. Cette fois-ci, nous ne changerons pas que des éphémérides mais aussi des habitudes, chose pas évidente. En attendant, je vous laisse ces quelques vers qui sont une manière pour moi de vous souhaiter une excellente décennie.

Plus qu’une fin d’année, c’est la fin d’une décade

C’est un passage spontané, une traversée sans barricade

Sans être dédouanée, 2020 se présente telle une foucade

Oh 2010s profanées n’ont pu résister aux embuscades

Oh 2010s fanées, voila 2020s arrivées en cascades

Oh 2010s se noient en méditerranée sans estacades

Oui, 2020s ont gagné cette guerre et s’empare de l’arcade

Bonne année, et que Dieu vous garde !

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 ⁄ 9 =


Fermer
Fermer